La pédagogie Steiner au ministère de la culture, mauvaise nouvelle pour l’école !

Je voudrais partager ma surprise (et ma colère) quand j’ai découvert qui était la nouvelle ministre de la culture. Je ne connais pas Françoise Nyssen, mais je connais très bien la pédagogie Steiner-Waldorf enseignée dans l’école qu’elle a fondée à Arles : « l’école domaine du possible ». Des articles que j’ai lus, je ne remets pas en cause sa bonne volonté, mais malheureusement le chemin de l’enfer est justement pavé de bonne volonté ! Les disciples de l’anthroposophie sont très doués pour se faufiler partout, vous faire douter !

Mes neveux (dont je suis très proche et que j’ai aidé à élever après le décès de l’épouse de mon frère) ont fréquenté pendant plusieurs années une école Steiner dans l’Est de la France. Sous les apparences d’une sorte de méthode Montessori bis, se cache en fait un système de nivellement social assez effroyable.

Tout est question de physique. La méthode Steiner, c’est 50% de morpho-psychologie, 50% de méthode Coué. En langage Steiner, selon son âge et selon qu’il soit beau ou laid, un enfant est soit « céleste », soit « terrestre ». Concrètement, à un enfant beau (en prise avec le cosmos), on va lui enseigner les mathématiques et la géographie pour qu’il se rattache à la terre, et à un enfant laid (en prise avec la terre), on va l’inciter à développer sa part spirituelle, en pratiquant l’eurythmie, une sorte de danse désarticulée, assez basique et répétitive. 
J’ai constaté cette nette différence de traitement entre mes deux neveux scolarisés dans cette école Steiner-Waldorf, sans que cela émeuve les professeurs ou les autres parents d’élèves !

De fait, les enfants accumulent dès le départ un retard assez important. Au niveau CP-CE1 (« la première classe »), les petits passent plus de temps à apprendre par cœur des sortes de poèmes/prières qu’à véritablement lire ou compter. De manière générale, toute l’éducation primaire passe par l’imitation et la mémorisation de comptines. Mes neveux étaient ainsi presque incapables de réfléchir seuls. Lorsque je leur posais une question dont ils ne connaissaient pas déjà la réponse, ils se contentaient d’attendre, complètement passifs, que je le leur explique. Et encore, mes neveux considéraient avec méfiance ce que je leur disais, préférant ensuite demander à leurs professeurs de confirmer mes affirmations.

Il y aussi une forme de chantage quasi-affectif en direction des parents. Ma belle-sœur était à l’origine de l’inscription de mes neveux dans cette école. Après sa brusque disparition, la communauté des parents et professeurs Waldorf ont manifesté leur soutien à mon frère et à ses trois enfants, ça on ne peut pas le leur enlever. Par contre, l’implication parentale dans les activités est très (très) fortement sollicitée : kermesse, fêtes, sorties scolaires. Au fur et à mesure, vous vous rendez compte que vous n’êtes pas dans une école « normale » : on vous parle de la place de l’homme dans le cosmos, de projection astrale, de karma et de réincarnation, tout en saupoudrant de références au Christ ! Ça n’a plus rien à voir avec de la pédagogie et surtout avec l’image laïque du début.
A côté de ça, des professeurs annulent la veille pour le lendemain des journées de classe, sans explication. Aux parents de se débrouiller pour faire garder les petits ! D’autres professeurs, au contraire, semblent complètement lessivés, à bout. Sans qu’on comprenne clairement pourquoi, et sans que cela n’inquiète le reste de l’équipe pédagogique !

Une chose qui m’a aussi particulièrement choqué est le refus plus ou moins assumé de vacciner les enfants. Lors d’une conversation avec une parente d’élève, celle-ci m’a frontalement reproché de « mettre en danger l’esprit » de mes neveux. Je lui avais en effet dit que je devais envoyer le bébé de mon frère se faire vacciner la semaine suivante. Plus malins, les professeurs bottent en touche et parlent uniquement de « choix parental ». Après avoir assisté à deux rentrées scolaires, à aucun moment les carnets de vaccination n’ont été demandés, même à 6 ans quand plusieurs vaccins sont recommandés.

Suite à un déménagement, les enfants de mon frère sont finalement retournés dans le système scolaire « classique ». Pour l’aîné (11 ans), ça a été particulièrement dur : il n’avait tout simplement pas le niveau pour rentrer au collège ! Il a dû redoubler le CM2 et apprendre à véritablement travailler à l’école, à réfléchir par lui-même. Même à ce niveau, ça n’a pas été facile, et aujourd’hui, en 6ème, il y a de fortes chances qu’il redouble à nouveau. L’école Steiner-Waldorf est en train de lui faire perdre deux ans !

Je fais ce témoignage pour lancer l’alerte sur le danger d’une ministre liée à de telles méthodes, qu’elle cautionne puisqu’elle a créé une école Steiner-Waldorf. Ça fait peur de se dire que la nouvelle ministre de la culture pourrait encourager ces dérives dans toute l’éducation nationale, d’autant que le nouveau ministre de l’éducation semble très ouvert aux « expérimentations ».

S’il vous plaît, partagez ce témoignage pour prévenir les gens de ces dérives !

 par

AubedeMinuit

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s