Pour y voir un peu plus clair

C’est pourtant simple !

Quoi de plus simple que cette campagne qui se présente à nous ? L’horizon est dégagé, le vent a balayé les gros nuages bruns et désormais c’est dans une totale transparence que se présentent à nos suffrages les différents protagonistes de la farce électorale. Toujours soucieux d’éclairer vos lanternes, moi qui n’y comprends jamais rien, je viens présentement dresser un portrait le plus fidèle possible, de la situation actuelle.

Plusieurs partis se présentent à vous. Dans un souci de clarté et à l’imitation de l’homme qui a changé la donne, les dénominations des uns et des autres ont toutes été modifiées. Ainsi, pour une meilleure perception des tendances actuelles, vous avez le choix entre les candidats de En Croisant les doigts, les supporters du président en place, En déroute, les derniers fidèles de l’ancien président, En pleine déconfiture, les prétendument vainqueurs à qui on a volé le succès annoncé, En attendant le grand bouleversement, les nouveaux dépositaires de la colère, En restant dans l’Euro, les déçus de la récente finale.

Mais pour notre malheur, d’autres viennent se mêler à ce charmant méli-mélo. Ils sont citoyens en émancipation, écologistes en jachère, communistes sur un marche-pied, fantaisistes en recherche de public, défaitistes en attente de naufrage. C’est la vraie foire aux vanités, une cacophonie magnifique qui nous laisse cois, nous qui suivons tout ça d’une oreille incertaine.

Pour accroître la confusion, dans chaque camp, il y a des postulants plus ou moins avoués ou revendiqués, à la trahison, au passage du gué pour aller offrir leurs services au petit banquier. D’autres ont cela en tête mais n’osent pas le dire à leurs électeurs, certains qu’ils sont que le mensonge est la règle essentielle de la survie politique. Il y a aussi des gens qui se sont déclarés pour le nouveau prince mais qui ont été repoussés d’une main vengeresse. Ceux-là, s’ils l’emportent, seront néanmoins des vassaux obséquieux, ne nous tracassons pas pour eux.

Dans chaque camp, sous chaque étiquette, il existe donc des futurs transfuges, d’autres capables de tous les crocs-en-jambe pour que le président manque la dernière marche. À franchement parler, il est bien difficile, voire impossible de discerner les intentions véritables de ceux qui réclament nos suffrages. Dans ce brouillard épais, seuls les adorateurs du vainqueur sont certains de leur parole même s’ils ignorent tout de la destination que leur chef veut leur faire prendre. Un coup à gauche, l’autre à droite, une pincée de démagogie ou bien d’écologie et un gros écran de fumée pour dissimuler les véritables intentions du bonhomme.

Voter aux prochaines législatives constituera pour beaucoup d’électeurs un coup de poker menteur. Bien malin sera celui qui pourra savoir ce que fera vraiment son candidat. Celui-ci, ne le sachant lui-même pas plus que ses électeurs. La conjoncture, l’âge du capitaine, le courant dominant, le sens du vent seront alors des variables qui seront attentivement examinées par les futurs vainqueurs pour savoir sur quel pied danser.

Ce qui est certain, c’est que rien n’est certain, stable et définitif dans ce merveilleux théâtre de girouettes. Même celui qui tire les ficelles ne sait pas où il veut nous conduire. Il se contentera de suivre les directives que lui souffleront au gré de son mandat ses soutiens occultes, financiers mystérieux, anciens patrons opulents, puissances d’argent souterraines. Pour l’heure, il distrait les braves gens qui lui ont accordé leur confiance en les entraînant dans une ronde qui leur fait tourner la tête et perdre le sens de l’orientation.

Pour voter, il vous faudra une boussole, quelques pailles de longueurs différentes, une pince à linge et un bandeau. Il serait aussi préférable de vous munir d’un bâillon car émettre une idée divergente dans ce curieux contexte, c’est prendre le risque de vous faire taper sur les doigts. Puis, vous découvrirez vraiment à qui vous avez donné vos suffrages quand les carottes seront cuites. Bien malin qui dira ce qui sortira du chapeau, la seule certitude c’est que les vieilles carnes de la profession trouveront toujours moyen de tirer le marrons du feu.

Confusément leur.

EL1.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s